La Haine

Ciné-Débat

Vendredi 28 juin à 19h

Après le film, projection d'un court-métrage (10') réalisé par des jeunes de l'Association Sportive et Sociale Noiséenne (ASSN) sur le rapport entre les jeunes et les forces de l'ordre. Accompagné par Adnane Tragha, dans le cadre d'un atelier de réalisation, avec le Cinéma le Trianon.
Débat sur les relations entre les jeunes et la police, animé par l'ASSN.

De Mathieu Kassovitz

France | 1995 | Drame | 01h35
Interdit aux moins de 12 ans
Avec Saïd Taghmaoui, Hubert Koundé, Vincent Cassel

séance

Vendredi 28 juin à 19h00  VF

Trois copains d'une banlieue ordinaire traînent leur ennui et leur jeunesse qui se perd. Ils vont vivre la journée la plus importante de leur vie après une nuit d'émeutes provoquée par le passage à tabac d'Abdel Ichah par un inspecteur de police lors d'un interrogatoire.

« C'est la mort de Makomé, dans un commissariat du 18e, qui a tout déclenché. Je me suis demandé comment un mec pouvait se lever, le matin, et mourir, le soir, de cette façon. La Haine n'est pas un film sur la banlieue, mais sur les bavures policières ou, plus exactement, sur la société qui autorise et suscite ces bavures. C'est pour cela que j'ai choisi ce trio, pour bien montrer que ce n'est pas les Arabes ni les Noirs contre la police, mais toute une jeunesse de banlieue qui n'en peut plus. Symbole d'une jeunesse auquel le cinéma s'intéressait peu. »
Mathieu Kassovitz

Un propos fort, engagé combinant humour, violence avec ardeur et nervosité. Un film devenu culte qu’il est intéressant de voir ou revoir en résonance aux mouvements actuels qui traversent la France d’aujourd’hui.

Séance organisée dans le cadre de La Grande cinémétèque française, un cycle de ciné-débats, qui valorise l'immigration, en partenariat avec l'Association Un sur Quatre.

Affiche du film La Haine

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage et à collecter des mesures d'audience.. En savoir plus

J'ai compris