Logo Cinéma Le Trianon
CINÉMA PUBLIC Place Carnot
93230 Romainville
Communauté d'Agglomération Est Ensemble

Rétrospective Jocelyne Saab

15 juillet 2024
Rétrospective Jocelyne Saab Image 1

Jocelyne Saab était une cinéaste et artiste franco-libanaise. Elle est née à Beyrouth, l’année de la nakba – la catastrophe – pour les Palestiniens : son destin semblait tout entier lié à l’histoire dramatique de la région dans laquelle elle a vu le jour. Elle a grandi dans un très beau palais, témoin typique de l’architecture classique libanaise, situé à l’Ouest de la ville, dans un quartier très mixte du point de vue communautaire, mais fait ses études chez les sœurs de Notre-Dame de Nazareth, de l’autre côté de la ville.

 

Partie étudier l’économie à Paris, elle décide rapidement de sécher les cours pour aller au cinéma. Son père ne l’avait pas laissée étudier le cinéma. C’est par la porte du journalisme qu’elle commencera à réaliser : en 1973, elle est envoyée par France 3 pour réaliser un documentaire sur la situation en Libye après l’échec de la marche lancée par Kadhafi sur l’Égypte pour unifier les deux pays en une seule république sur le modèle de la République arabe unie de Nasser. Arabophone, anglophone, francophone, elle devient rapidement un atout pour couvrir la situation au Moyen-Orient, pleinement explosive. Quelques mois plus tard, elle est envoyée sur le front de la guerre d’Octobre en Égypte et en Syrie, à la frontière avec Israël, puis en Irak pour couvrir la guerre de Saddam Hussein contre les kurdes. De son côté, elle part filmer dans les camps de réfugiés palestiniens de Beyrouth et réalise des reportages présentant leur situation. De son propre chef, elle tourne en 1974 Les Femmes palestiniennes, où elle dépeint la résistance des femmes palestiniennes depuis le Liban, tant avec les armes de l’éducation qu’avec les armes à feu. Lorsqu’elle découvre ce document, la direction de France 3 empêche sa diffusion. Le film était trop politique pour la télévision française de l’époque. Ce premier acte de censure fut décisif pour Jocelyne Saab : elle quitte le service de France 3 et décide de tourner ses documentaires de façon indépendante. À partir de ce moment-là, elle décide de couvrir l’histoire tragique de son pays, le Liban, et de sa ville Beyrouth, à laquelle elle consacrera une trilogie : Beyrouth, jamais plus (1976), Lettre de Beyrouth (1978) et Beyrouth, ma ville (1982). Dans le cadre du festival, Wassyla Tamzali, ancienne avocate à la cour d'Alger, défenseuse du droit des femmes à l'UNESCO, racontera son expérience de la Cinémathèque d'Alger, où Jocelyne Saab est venue présenter ses films au milieu des années 1970 : 

 

Lettre de Beyrouth est un documentaire mêlé de fiction : Jocelyne Saab se met en scène au milieu des ruines de son pays et tente de comprendre un tel désarroi. Après le départ des Paletiniens de l'OLP du Liban suite au siège israélien de Beyrouth-ouest, elle décide de ne plus faire d'images documentaire.

Elle réalise sa première fiction en 1985, intitulée Une vie suspendue avec Jacques Weber et Juliet Berto, alors que les combats font toujours rage à Beyrouth. C'et une histoire d'amour en temps de guerre entre une jeune réfugiée du Sud Liba, qui vit avec sa famille dans un palais abandonné de Beyrouth Ouest, et un peintre (Jacques Weber), désillusionné par le conflit.

Elle réalise à la fin de la guerre une ode au cinéma et au Liban, Il était une fois Beyrouth : histoire d’une star (1995), qui retrace l’histoire de son pays à travers les films qui y ont été tournés. Ce film construit à partir d'archives d'autres films, met en scène deux jeunes femmes de 20 ans, qui n'ont connu de Beyrouth que la guerre et qui voyagent de films en films pour comprendre leur pays. Ce film est accompagné dans le cadre du festival par Ghassan Koteit, aujourd'hui directeur d'études à l'ENS Louis Lumière, mais à cette époque jeune assistant sur le film. 

Puis elle change de cap. L’Égypte, avec notamment sa grande fiction, Dunia (2005), où elle décnonce l'excision des femmes et la montée de l'intégrisme. Réalisé à la façon d'un mélodrame musical égyptien, le film fut censuré en Egypte, mais acclamé dans le monde entier. Jacques Bouquin, chef opérateur, et Frédéric Beaugendre, cadreur sur le film, viendront raconter leur expérience de tournage en Egypte.

Le dernier film de fiction de Jocelyne Saab s'intitule What's Going On? (2009) et est une ode à sa ville, Beyrouth, et son pays, le Liban, dans lesquels elle met un personnage en quête de jardin et qui rencontre différentes femmes, symboles de Beyrouth, qui le guident dans sa quête. Jacques Bouquin et Frédéric Beaugendre, qui ont également travaillé sur ce film, seront à nouveau là pour partager leurs expériences.

 

Toujours en lutte contre l'intolérance, Jocelyne Saab continua jusqu'à la fin de sa vie à lutter pour plus de liberté.


Pour aller plus loin :

AU MICRO DE SAMIR ARDJOUM SUR MICROCINE:

Wassyla Tamzali : https://www.youtube.com/watch?v=nczqczIZp7s&ab_channel=Microcin%C3%A9Revuedecin%C3%A9maetdet%C3%A9l%C3%A9vision

Jacques Bouquin : https://www.youtube.com/watch?v=590OXckeh2A&ab_channel=Microcin%C3%A9Revuedecin%C3%A9maetdet%C3%A9l%C3%A9vision

Et une partie de l'équipe de l'Association Jocelyne Saab, Monzer El Hachem, Manal Zakharia, Michèle Tyan : https://www.youtube.com/watch?v=V-72v7i0h4M&ab_channel=Microcin%C3%A9Revuedecin%C3%A9maetdet%C3%A9l%C3%A9vision

 

Sur la rétrospective :

- SaphirNews : "Jocelyne Saab, le Liban, la Palestine : un cinéma pour les peuples libres", le 06/11/2023, Mathilde Rouxel : https://www.saphirnews.com/Jocelyne-Saab-le-Liban-la-Palestine-un-cinema-pour-des-peuples-libres_a29933.html

- France Culture, Plan Large, le 11/11/2023, Mathilde Rouxel interrogée par Antoine Guillot : https://vimeo.com/884529271?share=copy

- Orient XXI : "Beyrouth 1976 - Gaza 2023. Jocelyne Saab ou les jardins de la guerre", le 17/11/2023, Françoise Feugas : https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/beyrouth-1976-gaza-2023-jocelyne-saab-ou-les-jardins-de-la-guerre,6880

- Les Cahiers du Cinéma : "Jocelyne Saab, le regard foudroyé", le 17/11/2023, Elisabeth Lequeret : https://www.cahiersducinema.com/actualites/jocelyne-saab-le-regard-foudroye/

- Libération : "Jocelyne Saab, carnets de Beyrouth à Paris", le 18/11/2023, Luc Chessel : https://www.liberation.fr/culture/cinema/jocelyne-saab-carnets-de-beyrouth-a-paris-20231118_OB5NMVCYZZGYPMBMS6PV2XDJ6I/

- Revus et corrigés : "Jocelyne Saab au chevet du Liban. Entretien avec Mathilde Rouxel", le 23/11/2023, Esther Brejon : https://revusetcorriges.com/2023/11/23/jocelyne-saab-au-chevet-du-liban-entretien-avec-mathilde-rouxel/

- Ici Beyrouth : "Une rétrospective dédiée à Jocelyne Saab à Paris", le 30/11/2023, Fabienne Touma : https://icibeyrouth.com/culture/291456

- Débordements : "Jocelyne Saab : le Proche-Orient n'est pas à vendre", le 28/11/2023, Lola Maupas :

 

La rétrospective se poursuivra après le festival jusqu'au 10 décembre dans 10 lieux à Paris et en région parisienne. Plus d'info : https://jocelynesaab.org/event/retrospective-integrale-automne-2023-paris/

Mathilde Rouxel
Directrice artistique du festival

Suivez-nous !

Chaque mardi, recevez le programme cinéma par email pour la semaine à venir.

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage et à collecter des mesures d'audience.. En savoir plus

J'ai compris